Pourquoi les inégalités de revenu sont peu pertinentes

Depuis plusieurs semaines, je publie de multiples billets sur le sujet des inégalités économiques.  Je suis beaucoup plus optimiste sur le sujet que plusieurs notamment à cause des importants changements qui se produisent dans la structure économique et démographique des sociétés occidentales. Selon moi, les gens observent en grande partie le résultat de changements démographiques importants.

Depuis les années 1970, la population étudiante a augmenté de manière importante tout comme la population la plus âgée.  Les gens âgés sont non seulement plus nombreux, mais ils prennent leur retraite plus tôt. Ce faisant, ils font augmenter l’âge moyen du groupe du 10% le plus pauvre de la population. Ceci ne veut pas dire qu’ils sont pauvre. Même si ils n’ont plus de “revenus”, ils ont encore des épargnes et leur niveau de consommation est plus bas puisque les grandes dépenses de vie (hypothèques, enfants) sont déjà passées. Difficile de les classifier comme “pauvres”. Quand on regarde les distributions économétriques du revenu selon l’âge (a ceteris paribus), on réalise que le revenu subit une baisse dramatique au début de la soixantaine, ce qui correspond à la retraite (voir ici).

En plus, la population étudiante grandissante et la durée grandissante des études change la forme de la fonction des revenus sur une vie. Le sommet d’une telle courbe (qui a la forme d’une bosse) arrive donc plus tard, ce qui devrait augmenter l’âge moyen du groupe le plus riche de la société (selon les revenus).

Comment illustrer ceci? L’âge moyen du décile le plus pauvre et du décile le plus riche entre 1969 et 2009. Selon les données des enquêtes de Statistiques Canada, le décile le plus riche du Québec est en moyenne plus âgé en 2009 qu’en 1969 et le décile le plus pauvre s’est rajeuni légèrement (reflétant la grandissante population étudiante). Ainsi, la “bosse” est devenue plus asymétrique. Elle s’est abaissée à des jeunes âges (reflétant la population étudiante grandissante), le sommet s’est déplacé vers la droite (plus âgé) et vers le haut et chute beaucoup plus rapidement après un certain âge qu’auparavant.

Age

Les statistiques sur le revenu ne peuvent pas capturer adéquatement ces changements dans les préférences temporelles des individus aussi bien que d’autres mesures. Ceux qui se concentrent sur les inégalités de revenu ne considèrent pas l’importance des changements démographiques qui sont encore en cours et qui impliquent aussi des changements dans la structure et l’expression des préférences des individus quant à leurs revenus à travers le temps. Le sujet est bien résumé par l’économiste Tyler Cowen :

The broader change in income distribution, the one occurring beneath the very top earners, can be deconstructed in a manner that makes nearly all of it look harmless. For instance, there is usually greater inequality of income among both older people and the more highly educated, if only because there is more time and more room for fortunes to vary. Since America is becoming both older and more highly educated, our measured income inequality will increase pretty much by demographic fiat. Economist Thomas Lemieux at the University of British Columbia estimates that these demographic effects explain three-quarters of the observed rise in income inequality for men, and even more for women.

Il faut donc éviter de mettre trop d’emphase sur le sujet des inégalités de revenu et se concentrer sur une autre mesure tel que les inégalités de consommation qui semblent plus à même d’estimer adéquatement le niveau de vie (de long-terme) des individus.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s