La loi 101: nécessaire pour le rattrapage économique des francophones?

Dans le cadre de la rédaction de mon livre sur la révolution tranquille, j’ai pris la peine de documenter comment le rattrapage économique qui s’est produit entre 1945 et 1960 avait bénéficié de manière importante aux francophones. Un des arguments que je mettais de l’avant, c’est qu’après des décennies de déclin relativement au reste du Canada, les Québécois francophones ont entamé un rattrapage éducatif important (ici, ici, ici et ici) .  Ceci a permis de planter les semences d’un rattrapage économique des francophones qui viendrait à maturité plusieurs années plus tard.  Ainsi, un des arguments que j’avançais était que la loi 101 n’était pas nécessaire pour sécuriser le rattrapage économique des francophones (voir le passage que j’ai intégré à ce billet après le graphique plus bas). Les plus jeunes, qui avaient été éduqués pendant les années du Grand Rattrapage, étaient en train de rattraper les anglophones du même âge. L’écart de revenu moyen entre francophone et anglophone serait tout simplement plus large parce que les individus plus âgés faisaient baisser la moyenne des francophones vers le bas.

En utilisant les données du Survey of Family Expenditures de 1969, j’ai regardé le revenu personnel par groupe d’âge en fonction de la langue maternelle. Le résultat est fascinant! Les jeunes francophones âgés d’entre 20 et 30 ans ont un revenu équivalent à 92% de celui des anglophones. Ces jeunes, nés entre 1939 et 1949, sont exactement ceux qui étaient en âge d’aller à l’école pendant le Grand Rattrapage (1945 à 1960). Ceci a tendance a confirmer l’affirmation que je faisais dans mon livre. Conformément à mes hypothèses, les francophones plus âgés ont des revenus beaucoup moins importants relativement aux anglophones du même âge. Ces individus, nés entre 1879 et 1938, sont ceux qui ont vécu le déclin relatif du Québec en matière d’éducation (en 1901, la participation scolaire effective au Québec était supérieure à celle des autres provinces, un avantage qui s’était renversé jusqu’en 1931 avec la stagnation virtuelle de la participation scolaire des francophones).

FrancoAnglo

Ceci me porte à confirmer que le rattrapage économique des francophones se seraient probablement poursuivi, mais plus lentement, sans que l’adoption de la loi 101 ne soit nécessaire (ceci dit, je sais bien que la loi 101 visait bien plus que l’amélioration du statut économique relatif des francophones).  Ceci dit, je pense que ceci justifierait d’utiliser les données des différentes enquêtes et recensements pour effectuer des régressions afin de déceler l’ampleur de la “discrimination” et l’importance du rattrapage. Je considère ceci plutôt important puisque dans une étude de 2007 dans le Canadian Journal of Economics, David Albouy mentionne que la majorité du rattrapage économique des francophones entre 1970 et 2000 s’est effectué grâce à la diminution du revenu moyen des anglophones et non pas grâce à une accélération de la croissance du revenu des francophones. Si le rattrapage économique des francophones s’était produit alors que tout le monde grimpait au lieu de s’effectuer en descendant un groupe, la société québécoise serait aujourd’hui plus riche et probablement plus harmonieuse politiquement.

—EXTRAIT DE MON LIVRE—
Au total, il semble que l’écart salarial entre francophones et anglophones à l’intérieur du Québec ait diminué de 25 points entre 1970 et 2000 . Selon les données du recensement, la majorité du rattrapage entre les francophones et les anglophones s’est produit entre 1970 et 1980 (près des deux tiers en fait) . Si on décompose l’économie entre les secteurs publics et privés, on voit que l’écart entre francophones et anglophones passe de 28,7% en 1970 à 10,7% en 1980 puis à 5,1% en 2000 . Ce rattrapage important s’expliquerait de trois manières : 1 – les lois linguistiques auraient fait augmenter la demande pour des travailleurs francophones ; 2 – le contrôle accru des francophones sur l’économie ; 3 – les progrès dans la scolarisation des francophones . La première explication est irrecevable en ce qui concerne le bon phénoménal observé entre 1970 et 1980, car les lois linguistiques n’apparurent que très tard au cours de cette période et n’ont pas pu exercer un effet positif important sur l’appropriation de l’économie par les francophones. Quant à la seconde explication, elle est étroitement liée à la troisième : une population plus instruite est plus à même de « contrôler » son économie. La scolarisation des francophones fut l’un des facteurs les plus importants de leur prise en main de l’économie. La réciproque est également vraie.

Rappelons-nous encore une fois que les progrès du Québec en éducation (surtout relativement au reste du Canada) se sont surtout produits entre 1945 et 1960 — pendant le Grand Rattrapage. En 1951, seulement 0,6% des Québécois de 15 à 24 ans détenaient un diplôme universitaire. En 1961, cette proportion avait doublé. Le Québec était alors presque à égalité avec l’Ontario. Chez les 25 ans et plus, on parle d’un saut de 2,3 % à 3,4% . Comme nous le notions plus haut, la persévérance scolaire avait augmenté de manière importante entre 1945 et 1960. Les adultes de la Révolution Tranquille avaient donc d’abord été les enfants du Grand Rattrapage. L’investissement fait en éducation par les familles francophones au cours du Grand Rattrapage a porté ses fruits pendant la Révolution Tranquille et non pas à cause de la Révolution Tranquille. Pendant le Grand Rattrapage, les francophones acquéraient les connaissances et accumulaient le capital qui allaient leur permettre plus tard de se lancer en affaires et de former de grandes entreprises. Éventuellement, ils embaucheraient de jeunes francophones, ce qui allait rendre plus « rentable » le fait de parler français plutôt qu’anglais . Il est à noter que le domaine de l’administration, de la finance et du commerce étaient de plus en plus occupés par des francophones. La proportion d’entre eux qui devenaient ouvriers avait d’ailleurs commencé à baisser dès 1951.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s